< Alain Delon STARS

biographie

A

Biographie


Icône et géant du cinéma français, l'acteur fétiche de Luchino Visconti fascine par son destin.

 Plein soleil, Rocco et ses frères, Le guépard, Le SamouraïAlain Delon c'est avant tout une filmographie impressionnante, doublée d'une personnalité hors-norme.

Acteur, producteur, il est à l'image de son personnage dans le film L'homme pressé, un homme qui veut vivre plusieurs vies en une.  A son parcours professionnel, s'ajoute  sa biographie amoureuse et les quatre femmes "piliers de son existence" : Romy Schneider  "l'éternelle fiancée", comme la surnommait  affectueusement Jean-Claude Brialy  ; Nathalie Delon, la mère de son fils Anthony, Mireille Darc  et enfin  Rosalie, la mère de sa fille Anouchka et de son fils Alain-Fabien.

Une enfance ballotée qui explique peut-être cette rage de réussir. Né le 8 novembre 1935 à Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, Alain est le fils de Fabien Delon, d'origine corse et dirigeant d'un petit cinéma de quartier, et d'Edith,  préparatrice en pharmacie. Au divorce de ses parents, il est confié à une famille d'accueil alors qu'il n'a que 4 ans et placé ensuite dans une pension catholique où il passe toute son enfance.  Déjà rebelle, il se fait renvoyer plusieurs fois.  A 17 ans,  devançant l'appel de son service militaire, il s'engage dans la marine nationale. "La rigueur, le respect d'autrui et le travail en équipe", dans plusieurs interviews il rend hommage à l'armée et à son influence bénéfique sur sa vie.   


 

La marche vers la gloire.

C'est Jean-Claude Brialy qui lui fait découvrir le cinéma. L'acteur le remarque à Saint-Germain des Prés et  l'emmène au Festival de Cannes, où son charisme et son physique ne passent pas inaperçus. Il enchaîne alors les petits rôles. En 1957, il tourne dans  Quand la femme s'en mêle d'Yves Allégret, puis Sois belle et tais-toi de Marc Allégret, où il côtoie un autre débutant Jean-Paul Belmondo. Mais c'est sa rencontre avec Romy Schneider, sur le tournage de Christine, qui va lancer sa carrière en 1958.  Leur coup de foudre est immédiat.  Romy Schneider est déjà célèbre, malgré ses 23 ans, et sa liaison avec cet acteur charismatique fascine les médias : ils ont la jeunesse et la beauté.  Sous les feux des projecteurs, ils se fiancent en 1959. Mais leur histoire d'amour prend fin quand Alain Delon la trompe avec un mannequin célèbre de l'époque Nico , Christa Päffgen. De leur liaison, naît Ari Boulogne en 1962. Un fils que l'acteur n'a jamais reconnu  mais qui a été élevé par la propre mère d'Alain Delon.


Pendant deux  décennies Alain Delon  enchaîne les succès. En 1960, il tient le rôle principal dans Plein Soleil de René Clément, adapté du roman de Patricia Highsmith Monsieur Ripley, avec Maurice Ronet, "son frère, son double",  et Marie Laforêt. La même année, le maître du réalisme italien  Luchino Visconti le choisit pour incarner Rocco dans Rocco et ses frères, avec Annie Girardot. Il retrouve le réalisateur italien en 1968 dans Le Guépard avec Burt Lancaster et Claudia Cardinale. Le film obtient la palme d'Or au Festival de Cannes. Il enchaîne dans Mélodie en sous-sol d'Henri Verneuil avec un monstre du cinéma français Jean Gabin, à qui il voue une grande admiration. Gabin qu'il considère comme son mentor, est  le père qu'il n'a jamais eu.  En 1967, il endosse le costume de "Jeff Costello" dans Le Samourai de Jean-Pierre Melville, aux côtés de Nathalie Delon, qu'il a épousé en 1964 et mère de son fils Anthony, né la même année. L'année d'après, il affronte Charles Bronson dans Adieu l'ami, écrit par Sébastien Japrisot. Il retrouve Romy Schneider dans La piscine de Jacques Deray, avec Maurice Ronet et une jeune débutante Jane Birkin pour un thriller sulfureux. Le clan des Siciliens avec Jean Gabin et Lino Ventura clôt une première décennie couronnée de succès.  


Sur le plan personnel sa vie est plus chaotique. Nathalie Delon veut le quitter, alors qu'il fréquente déjà Mireille Darc. Comme dans un mauvais polar, il se retrouve au cœur d'un fait-divers sordide. En 1968, Stevan Markovic, qui était garde du corps d'Alain Delon, est retrouvé mort dans un bois à Élancourt dans les Yvelines.


 

Flic ou voyou sur grand écran

Il commence l'année 1970 sur grand écran avec Borsalino de Jacques Deray avec Jean-Paul Belmondo. Il endosse une fois de plus un costume de gangster pour Jean-Pierre Melville dans un face à face magistral avec Bourvil dans Le cercle rouge. Il ne quitte plus ses personnages de truands ou de flics pendant près de 10 ans et enchaîne les films. Le gitan avec Bernard Gireaudeau, Comme un boomerang avec Charles Vanel, Mort d'un pourri de George Lautner. Il donne deux fois la réplique à Simone Signoret dans La veuve Couderc et les Granges brûlées. Sous la caméra de José Giovanni, il retrouve une dernière fois Jean Gabin dans  Deux hommes dans la ville. Avec sa compagne, Mireille Darc, il joue notamment dans Les seins de glace  et L'homme pressé réalisé respectivement par George Lautner et Edouard Molinaro.    

Mais le comédien sait aussi se mettre en danger et incarne des rôles plus sombres. Il est producteur et comédien dans l'admirable Monsieur Klein de Joseph Losey, aux côtés de Jeanne Moreau et Jean Bouise. Alain Jessua lui offre deux rôles difficiles dans Armaguedon et Traitement de choc qui traite de l'univers psychiatrique avec Annie Girardot.

Dans les années 1980, Delon acteur et producteur, se lance aussi dans la réalisation dans Pour la peau d'un flic avec une jeune débutante Anne Parillaud.  Il co-signe l'adaptation et les dialogues de Trois hommes à abattre. Il récidive dans Le choc qu'il tourne avec Catherine Deneuve. Habitué pendant plus de 20 ans au succès, l'acteur doit faire face à une série d'échecs publics et critiques : Dancing Machine, Un crime... Son pire bide, il le doit à Bernard-Henri Lévy qui le fait tourner dans Le jour et la nuit, qualifié de "plus mauvais film depuis 1945", par Les Cahiers du Cinéma en 1996.  

Séparé de Mireille Darc, il rencontre un mannequin hollandais Rosalie Van Breemen qui lui donne deux enfants : Anouchka, née en 1990 et Alain-Fabien né en 1993. Alors qu'il pensait avoir trouvé la femme de sa vie, elle le quitte après 15 ans de vie commune pour Alain Afflelou en 2002. Agé de 67 ans, l'acteur sombre dans la mélancolie, alors qu'il a renoué avec le succès grâce à la télévision avec le rôle du commissaire de police Fabio Montale pour TF1 puis celui de Franck Riva pour France 2. Le salut vient du théâtre et de Mireille Darc, qui reste à jamais une amie. Il triomphe à ses côtés en 2007 dans Sur la route de Madison, adapté du film éponyme de Clint Eastwood. Il enchaîne l'année d'après avec Love Letters, avec encore à ses côtés Mireille Darc puis Anouck Aimée. La même année, en totale auto-dérision, il apparaît en Jules César dans Astérix aux Jeux Olympiques, aux cotés de Gérard Depardieu.  En 2011, il remonte sur scène pour donner la réplique à sa fille Anouchka dans Une journée ordinaire, une pièce sur les relations père-fille.

Après avoir été président du jury de l'élection de Miss France en 2010, l'acteur a accepté de devenir président d'honneur à vie de la Société Miss France.

×